Soirée de solidarité – Enjoy and help !


Il y a 1 an… Tout juste 1 an… La terre se mit à trembler au large de Sendai, Japon. La mer en furie lâcha ses vagues meurtrières, qui s’élevèrent parfois jusqu’à 30 mètres de haut et parcoururent jusqu’à 10 km à l’intérieur des terres. 600 km de côtes ravagées… De nombreuses villes détruites. Sans compter la catastrophe nucléaire qu’entraîna le séisme.

N’oublions pas ! Jamais ! C’est le moment de tendre la main : la Yuai propose une soirée solidarité afin de récolter des dons. Elle se déroulera ce samedi 10 mars, à partir de 19h30, jusqu’à 23h30. Le lieu : l’AGECA, 177 rue de Charonne 75011 Paris (métro 2, Alexandre Dumas)

La région du Japon la plus frappée, celle de Tohoku, a toujours besoin d’aide pour reconstruire les habitations. Beaucoup de personnes, ayant perdu leurs biens et leur travail dans la catastrophe, ont besoin de soutien et de ressources pour retrouver une vie normale.

Pour répondre à leur SOS, la Yuai désire rassembler des fonds, mais aussi des messages d’encouragements, qu’elle enverra à Tohoku (via une ONG japonaise) pour aider les habitants à redresser la tête et à croire en l’avenir !

Prouvons-leur qu’ils ne sont pas seuls. Montrons-leur qu’on pense à eux.

————————————————————–

En plus, cette soirée s’annonce fort agréable et riche en émotions. Pour les gourmands, un buffet franco-japonais sera à disposition, à volonté : plats français, japonais, crêpes, pâtisseries…

Sur la scène, plusieurs animations sont prévues :

Un spectacle de l’excellent Stéphane Ferrandez, conteur de Rakugo (histoires humoristiques japonaises), lauréat 2009 de la Villa Kujoyama.

Un concert assuré par les musiciens de la Yuai Association.

– Une vidéo sur la région de Tohoku, et les progrès de reconstruction réalisés depuis 1 an.

Autour de la scène, plusieurs petits stands vous attendent, animés par des bénévoles (très sympathiques !) de la Yuai Association :

Un stand d’origami, tenu par notre professeur Junichi Ueno, artiste dans son domaine. Il animera des ateliers d’initiations toute la soirée, pour apprendre aux intéressés la magie du pliage… Certaines réalisations pourront être envoyées à l’ambassade du Japon en guise de message de soutien.

Son assistante, j’ai nommé Kenza, s’occupera du « Grand défi de la grue » : l’objectif ? Créer 1000 grues pour envoyer à Tohoku. Au Japon, Donner 1000 grues à quelqu’un l’aide à guérir ou lui porte chance. Des cadeaux attendent les plus zélés d’entre vous !

– Une artiste de la Yuai, Diane, occupera un stand de Caricature.
Envie de vous faire tirer le portrait ?
.
.

– Je tiendrai moi-même un stand « prédictions et arbre à souhaits ». Dans le premier cas, il s’agit d’agiter une boite contenant quelques bâtons, chacun correspondant à une prédiction de votre avenir. Dans le deuxième cas, vous écrivez vous-même un souhait personnel sur un papier, que vous accrochez à l’arbre à souhait afin qu’il se réalise.

——————————————–

Un jeu de loto (ou bingo) sera organisé : nombreux lots à gagner !

– un livre d’or vous permettra d’adresser des messages d’encouragement aux japonais.
————————————————————–

Et plein d’autres choses encore, pour un tarif unique : 25 € (dont 8€ sera reversé à une ONG japonaise) à l’entrée, qui permet de profiter de tout, librement, à l’intérieur.
Si l’argent gagné se révèle supérieur aux dépenses liées à l’organisation de la soirée, le surplus sera envoyé à l’ONG, en même temps que les 8 € par ticket : la Yuai n’a pas l’intention de gagner de l’argent avec cet événement.

Page Facebook de l’événement : http://www.facebook.com/events/210655842359960/

Venez nombreux ! Pensez à eux !

Publicités

Week-end Japon en photo

Comme le titre l’indique, voici un petit reportage photo de la journée du 13 février au week-end Japon, pour tous ceux (et ils sont nombreux) à avoir raté cette occasion !

On a faim ! Voici notre première réaction, à peine entrées dans les locaux de l’hippodrome. Pas étonnant, ça sent la crêpe au nutella tous les 30 pas, à peu près la distance séparant les nombreux stands qui en proposent…

Mais on n’était pas là pour manger des sushi, plutôt ? Qu’à cela ne tienne, on avalera les deux ! Sushi-crêpes au nutella… Après tout, nous sommes bien dans un salon consacré au Japon, sous les yeux ahuris de joueurs venus parier le gagnant de la prochaine course de trot ! Tant qu’à mélanger les genres, ne faisons pas semblant.


D’ailleurs, c’était amusant de voir des parieurs du dimanche au milieu de cette foule assez étrange que l’on retrouve à chaque Japan Expo… « Maman, j’arrive pas à lire » ! « C’est du japonais, chéri, c’est normal ». « De quoi ??? ».
Les cosplayers ne se sont jamais sentis si extraterrestres que ce fameux week-end, lorsque une file indienne de ventres à bière les observaient d’un œil intrigué. Néanmoins, ça n’avait pas l’air de les déranger plus que ça, puisque la plupart prenaient quand même la pause. Suffit de demander gentiment !

Après cette pause nourriture, interrompue par une course poursuite avec l’hôtesse chargée des inscriptions au cours d’ikebana, nous nous sommes attardées un long moment au stand de Junichi. Ca mérite bien quelques photos.

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il avait du succès. Surtout auprès du jeune public, mais pas seulement !

Autrement, lorsque nous sommes passées devant le stand des aikidoka/iaïdoka, ces derniers n’avaient pas l’air de se fatiguer beaucoup… Ca discutait, mais ça n’effleurait pas tant que ça le tatami. Dommage ! Nous sommes mal tombées, en plein milieu d’une pause entre deux démonstrations. Et nous n’avons pas eu l’occasion d’y retourner…
Mais comme j’ai été mauvaise langue, faisons amende honorable avec une petite photo en pleine action :

Au stand maquillage, ça bossait dur… et il fallait être patient pour avoir la chance de profiter du savoir faire des « relookeuses ». La marque de vêtements « Harajuku », située juste à côté, servait à compléter son attirail : d’abord la tenue, ensuite le visage et la coiffure. Dommage que ça n’ait tenté aucun jockey, ça aurait pourtant été une bonne méthode pour déstabiliser ses adversaires !

Enfin, le cours d’ikebana… Je n’ai pas tout suivi, mais en gros, il fallait reproduire un schéma bien particulier : un triangle avec L’homme au sommet, le Ciel au milieu et la Terre en bas. (Shin, Soe et Taï). Shin mesurant un bassin et demi… Soe mesurant ¾ de Shin. Et Taï, ½ Shin. Muzukashii !! (Mon propre bouquet était une insulte pour les yeux, je le censure donc)

Et nous sommes donc reparties avec un joli bouquet. Qui ne ressemblait plus à rien une fois enveloppé dans sa prison de papier, mais ça fait quand même un souvenir sympathique. Sushi-crêpe au chocolat-bouquet de fleur-boucles d’oreilles en origami, ça fait plutôt un bon bilan ! Et non, nous n’avons pas parié. Mais c’était par charité : l’hippodrome aurait du mettre la clef sous la porte, sinon.

______________________________________________________

%d blogueurs aiment cette page :