La Chibi, comme si vous y étiez

Ca date un peu, mais le 31 octobre, alors que tout le monde fêtait halloween… La Yuai organisait une sortie à la Chibi Japan Expo. Eh oui, çe se passe comme ça à la Yuai.

Pour tous ceux qui n’ont pas pu s’y rendre (et il y en avait beaucoup, vu que nous n’étions que trois !), voici un aperçu de ce que vous avez raté.

On pourrait aussi appeler cet article « Le périple de Kenza« , vu qu’il n’y a qu’elle qui apparaît en photo (Alexis, nous ne te remercions pas !!), mais faisons comme si de rien n’était. Et remercions Kenza, qui a joué le mannequin toute l’après-midi (merci Kenza.)

L’après-midi a commencé avec une première séance de Para Para (aussi appelé « le coin coin pouet pouet« . Voir la vidéo ci-dessous, à 0:33).
Le Para Para, pour ceux qui ne connaissent pas, est une danse de groupe très populaire au Japon. Il existe des mouvements spécifiques pour chaque chanson, que tout le monde doit suivre en même temps. Nous avions donc un coach pour nous expliquer les gestes. Et nous, faisant fi du ridicule, devions « tenter » de les suivre.

Une petite vidéo de ce que ça peut donner (on a eu droit à cette chanson d’ailleurs):

Ensuite, repas à la japonaise, sur un escalier un peu miteux, en face d’une porte de secours. Pas très glamour, je vous l’accorde. Mais la nourriture l’était, elle.

Des onigiri spécialement préparés par Kenza, des sushi achetés au matsuri du coin, et des étranges (mais savoureux) beignets au poisson amenés par Alexis. (ne t’inquiète pas Alexis, j’ai aussi respecté le droit à l’image de tes beignets 😉 Par contre excuse-moi, on voit un bout de ton genou sur la photo… Mea Culpa.)

Un peu de shopping après manger… Puis direction les tatamis, pour une démonstration d’Aïkido. Encore une fois, Kenza s’est prêtée au jeu et a participé à l’initiation proposée par les ceintures noires. Elle a donc courageusement sacrifié ses deux poignets, tout en gardant le sourire tout au long de l’exercice.

 » Vous voulez essayer ? », nous dit soudain un petit ceinture noire, dont le front, les tempes, et… tout le visage en fait, dégoulinent de sueur. « Euh, non merci, on regarde seulement. »

Et pendant que le féroce adversaire de Kenza la jetait une fois, deux fois, trois fois au sol, nous nous sommes éclipsés pour assister à une démonstration de kimono. C’était plutôt rapide, mais la présentation en valait la chandelle.

.
.
.
.
.
.
.
.
Enfin, nous avons assisté au début du concert de Yuuki, une chanteuse japonaise de pop-rock . Les fans (masculins) du premier rang hurlaient si fort son prénom qu’on craignait de ne pas l’entendre chanter… Mais en fin de compte, Yuuki criait tellement dans son micro que nous avons rapidement été rassurés… Jusqu’à ce que nos tympans crient à l’aide.

C’est sur cette note à la fois criarde et suraiguë, puis sur un ultime exercice de coin-coin-pouet-pouet (pardon… de « Para Para ») que nous nous sommes quittés, laissant Kenza à une dernière séance shopping pour rejoindre le métro…

Je vous l’avais bien dit, que vous auriez du venir !

%d blogueurs aiment cette page :