Le latin Saint-Germain

Après une trèèès longue absence sur le blog (navrée…), me voici de retour, pour vous annoncer le programme de rentrée de la Yuai. Depuis septembre, nous avons un nouveau QG, une nouvelle organisation, de nouveaux arrivants, bref : du tout neuf, du tout beau !

La première grande nouvelle de la Yuai (non, ce n’est pas mon grand retour, même si en soi c’est aussi une grande nouvelle), c’est le tout nouveau lieu de rassemblement de la Yuai Association.

J’ai nommé……. *roulement de tambour* : Le latin Saint-Germain ! Un nom bien pittoresque pour ce café bar, situé à Saint Michel, près de la station « Cluny Sorbonne ». Et le must, c’est que lors de nos échanges franco-japonais du mardi, le premier étage nous est réservé.

Une dizaine de tables, rien que pour nous ! Plus besoin de se tenir à carreau, plus de regards assassins de clients en mal de silence, l’étage est à nous… Bon, évidemment, il y a des limites ! Et au moins 4 euros de consommation sont exigés à tout participant, mais c’est normal : le bar nous suppor… heum. nous accueille, et de ce fait, nous leur devons bien nos 4 euros hebdomadaires.

Mais qu’est-ce que 4 euros comparé à la richesse de nos échanges, à l’apprentissage d’une langue étrangère, au plaisir d’aider son prochain, aux fous rires et à l’élargissement soudain de son groupe d’amis ?

Malgré ce nouveau QG, strictement réservé aux échanges linguistiques, nous gardons l’ancien : le Goû-thé, pour les cours suivis d’échanges. Grâce à ces deux lieux, nous pouvons vous proposer 3 soirées par semaine : mardi (au Latin Saint Germain), mercredi et vendredi (au Goû-thé).

C’est sans compter bien sûr tous les événements annexes tels que : bowlings, visites de musées, sorties sportives, piques-niques, dîners festifs, soirées en night club, actions bénévoles et caritatives pour le Japon, cours d’origami, soirées privées chez les membres de la Yuai, etc etc… Si des idées vous viennent, il n’y a qu’à proposer ! Mais… Comment proposer ?

Sur la NOUVELLE page facebook de la Yuai, par exemple : http://www.facebook.com/groups/275641992463053/
Elle recense tous les événements de la Yuai, et envoie chaque fois des invitations à ses membres.

La Yuai dispose aussi d’un tout nouveau site, beaucoup plus design que la chose orange qui nous servait précédemment de portail. Messieurs dames, le voici le voilà :
http://www.yuai.fr/
Oui, c’est assez facile à retenir, n’est-ce pas. Comme il est tout nouveau, tout n’est peut-être pas encore à jour, mais ça viendra bientôt.

Pour finir, un petit résumé des échanges et cours hebdomadaires. Pour les lecteurs qui souhaiteraient participer et s’inscrire à notre association, il suffit de vous présenter à l’un de ces lieux de rendez-vous : vous avez droit à 2 ou 3 cours gratuits, avant de devoir payer les droits d’inscription à l’année (25 euros pour les français, 10 euros pour les japonais).


(ci-dessous, la photo de nos deux professeurs : Brehima et la présidente Lucy)

Rappelons aussi, pour ceux qui l’auraient oublié, le but premier de la Yuai association :

AIDER LES JAPONAIS VENANT EN France A BIEN S’INTEGRER EN REGION PARISIENNE : leur apporter toute l’aide dont ils pourraient avoir besoin, leur fournir des contacts/amis, les aider dans leurs démarches administratives, leur faire découvrir la région, les aider à progresser en français, etc…
L’association est donc composée uniquement de japonais, et de français bénévoles.

Le programme :

——————-
>> Tous les mardis 19h30 – 22h30

– Echange FR/JAP dans une ambiance conviviale et détendue

> Lieu : Le Latin Saint Germain
92 boulevard Saint Germain 75005 Paris
métro Cluny La Sorbonne

———————
>> Tous les mercredis 19h30 – 22h30

– Cours de japonais: niveau débutant avec Lucy
– Soutien scolaire en français pour les japonais.
– Echange FR/JAP entre les élèves à partir de 21h15

> Lieu : Le Goû-Thé
21 rue de la Boétie 75008 Paris
métro Miromesnil

——————-
>> Tous les vendredis 19h30 – 22h30

– Cours de japonais: niveau intermédiare avec Brehima
– Cours de français pour les japonais avec un professeur Flora.
– Echange FR/JAP entre les élèves à partir de 21h15

– Lieu : Le Goû-Thé
21 rue de la Boétie 75008 Paris
métro Miromesnil

Balade dans Paris

Vous ne savez pas quoi faire dimanche ? Venez vous balader avec nous ! Une promenade interculturelle dans Paris, entre français et japonais, au gré de la seine… Vous n’allez tout de même pas louper ça ?

Après une absence prolongée due à une avalanche de travail (j’en suis désolée…), je reviens vers vous pour vous annoncer un événement des plus charmants : une promenade dans Paris, avec Pique-nique et apéritif en prime, ce dimanche 8 mai ! En espérant que le soleil ne nous fasse pas défaut.

Cette ballade se déroulera de 9h30 à 21h30. Français et japonais seront de la partie, comme toujours à la Yuai. Une participation de 23 euros est demandée aux participants pour rembourser les divers frais engagés.

Pour les lecteurs qui ne feraient pas partie de la Yuai et qui seraient intéressés (ce sera l’occasion où jamais de nous rencontrer, et de voir à quel point nous sommes sympathiques !), veuillez laisser un commentaire sur cette page, je vous répondrais rapidement.

RDV à 9h30 pour une visite des arènes de Lutèce, l’un des seuls vestiges encore visible du passage des Romains dans Paris (qui était autrefois appelée…… Lutèce. Bravo… !) En forme d’amphithéâtre et pourvu d’une scène, ces arènes pouvaient contenir plus de 15 000 personnes. Classées monument historique, elles furent construites aux environs du 1er siècle après JC, puis reconstruites plus tard après être tombées en ruine.

A 10h15 tapantes, direction la Grande Galerie de l’Evolution. On passe de la pierre à la biologie, du gris au multicolore, de l’historique à l’animal… Ouvrez grands vos mirettes si vous n’y avez jamais mis les pieds, ces bêbêtes empaillées en valent la chandelle.

A 12h30, c’est l’heure du pique-nique ! Bon, inutile de s’attarder sur ce point, j’imagine que chacun imagine en quoi consiste cette activité aussi primaire que primordiale.

A 15h15, la Yuai vous propose une croisière… Eh oui, vous avez bien entendu ! Une fabuleuse croisière… sur la Seine en bateau mouche, afin de découvrir les ponts de Paris et de se rafraîchir un peu grâce aux embruns du fleuve.

17h : attention, l’heure de l’apéro a sonné ! RDV dans un parc (mais chut, le lieu est secret) pour un apéritif bien arrosé, et surtout bien mérité.

En espérant vous voir ce dimanche, je vous renvoie à la page facebook de l’événement : http://www.facebook.com/group.php?gid=24403408219&ref=ts#!/event.php?eid=144633695602658. N’hésitez pas à y poser vos questions ! Sinon vous pouvez aussi le faire en commentaire sur cette page.

A très bientôt !

Vide-Grenier : besoin de bénévoles !

Vous souhaitez faire un geste pour le Japon ? Vous habitez près de Paris ? Ca tombe bien : la Yuai Association recherche des bénévoles pour ce week-end, afin d’aider le Centre Culturel Franco-Japonais qui organise un vide-grenier les samedi et dimanche 23 et 24 avril.

Ce Vide-Grenier a pour objectif de récolter des fonds qui seront transférés à la Croix Rouge Japonaise, par l’intermédiaire de l’Ambassade du Japon en France, afin d’aider les sinistrés du séisme au Japon. Il s’agira d’aider à vendre des objets. Ce Vide-Grenier aura lieu à l’Espace Hattori, Centre Culturel Franco-japonais, 8 passage Turquetil, 75011 Paris. Horaires : de 12h à 18h. Il est possible de ne venir que le samedi, ou que le dimanche.

Les personnes qui accepteraient de participer se verront recevoir un « tee-shirt Yuai » pour la journée, afin de vous identifier. Pour nous aider, veuillez envoyer un e-mail à cette adresse : infos@ccfj-paris.org ou bien téléphonez à ce numéro : 01.43.48.83.64. Le CCFJ n’a besoin que de 7 personnes, mais ça ne coûte rien de se proposer, évidemment.

Pour plus d’informations, voici la page facebook de l’événement (présente sur la page facebook de la yuai association) : http://www.facebook.com/event.php?eid=140283889378306&ref=mf

Merci d’avance pour votre aide !
Ci-dessous, la plaquette de l’événement :

O-hanami à la française

23 degrés à l’ombre… Ni trop chaud, ni trop froid… A l’ombre des cerisiers en fleurs du Parc des Sceaux… Une soixantaine de membres de la Yuai, français et japonais… De la nourriture et de la boisson plus qu’il n’en faut : que demander de plus ?

Ce dimanche a eu lieu le premier pique-nique de l’année de la Yuai Association. Lieu des festivités : le Parc de Sceaux, choisi pour ses cerisiers en fleur à perte de vue. Les branches croulaient sous les bouquets d’un rose si tendre qu’on en mangerait.

L’idée était d’imiter la tradition japonaise du o-hanami, la fête de la contemplation des cerisiers en fleurs (hana = fleur, miru = regarder). Même si cette année les japonais n’ont pas vraiment le cœur à la fête et ont quelque peu boudé leurs cerisiers, ils la célèbrent normalement entre mars et mai, selon la période de floraison.

Ce mois-ci, une bonne moitié des 79 jardins publics de Tokyo ont annulé les festivités et d’autres problèmes se rajoutent tels que les perturbations persistantes dans les transports publics. Le gouverneur conservateur de Tokyo (Ishihara Shintaro) a même lancé récemment : « Le fait que les cerisiers fleurissent n’implique pas de devoir boire et jacasser« . Malgré tout, beaucoup de japonais ne l’ont pas écouté, et ont ramené onigiri et bières sous les cerisiers pour se remonter le moral après les catastrophes subies par le pays. Et on les comprend…

Mais revenons-en à notre pique-nique.
A 12h, le Parc de Sceaux était déjà pris d’assaut. Heureusement, des éclaireurs nous ont devancé pour réserver « deux cerisiers » à l’ombre salvatrice. Nous manquions en revanche de nappes pour s’asseoir… Si bien qu’au début, tout le monde restait debout, par politesse, n’osant s’avachir précipitamment sur l’une des nappes au risque de passer pour un gros goujat sans éducation… !

Puis, lorsque les participants s’autorisèrent enfin à s’asseoir, parfois sur l’herbe humide, une bonne quarantaine de sacs plastique, tupperware, sachets papier alu et compagnie surgirent du néant, sous la vue de toute une armée d’affamés. Leurs yeux épièrent les plats afin de sélectionner leur proie… Puis vint le temps du grand massacre : pas de pitié, leur instinct animal prit le relais et à grands renforts de fourchettes en plastique, ils s’abattirent sur leur cible.

Quand les provisions commencèrent à manquer, certains s’installèrent pour la sieste… D’autres se munirent d’une raquette pour une petite partie de badminton, et de pêche au filet dans les cerisiers, lorsque ce dernier s’y coinçait. Les amateurs de cartes à jouer ont lancé quelques parties… On pouvait même trouver des joueurs de go. Quelques guitares ont surgi, ainsi que des sortes de jumbe, plus tardivement. La boisson coulait à flot, et ça se voyait dans les yeux des buveurs…

Quelques groupes de filles partaient régulièrement, soit disant pour une petite balade champêtre (dont le but officiel était de se diriger vers les toilettes, situées à l’autre bout du parc). Certaines se sont même perdues sur le chemin ! Si si ! Mais je ne citerai pas de nom (he non, ce n’est pas moi cette fois. Mais c’est bien tenté).

A 18h, les premiers départs… Le soleil tapait encore. Qui aura droit aux coups de soleil ? Je ne sais pas à quelle heure le parc fut déserté. Je sais en revanche qu’à partir de maintenant, les piques-niques sous les cerisiers (ou ailleurs) vont s’enchaîner, quasiment chaque dimanche !

Tenez-vous au courant sur la page facebook de la Yuai : ICI
Les non-membres peuvent venir s’incruster, afin de voir s’ils sont tentés d’intégrer notre petit groupe franco-japonais !

Accès libre, à condition d’amener de quoi boire et grignoter.

Florent Chavouet, l’interview !

Après un premier article sur Manabé Shima, voici une interview exclusive de son auteur/illustrateur : Florent Chavouet ! Parti au Japon du 12 février au 10 mars, il est rentré juste avant que le séisme ne secoue l’archipel… Mais pas d’inquiétude : l’île de Manabe n’a subi aucun dégât, même si les habitants ont le moral en berne…

Choko : L’île de Manabe Shima, c’est seulement votre 2e séjour au Japon ?

Florent : Non, il s’agissait en fait de mon quatrième voyage, effectué pendant l’été 2009. Mon tout premier voyage remonte à deux semaines d’été en 2001. Depuis Manabe, je suis retourné deux nouvelles fois au Japon. J’en suis donc à 6 voyages, et je ne me lasse toujours pas !

C : (attention, question très indiscrète !) Quel âge avez-vous ?

F : J’ai 31 ans depuis ce mois de février.

Florent se représente en dessin, dans ses livres.

C : Pourquoi cet intérêt pour le Japon en particulier ?

F : Je m’intéresse au Japon depuis le lycée (à peu près), mais sans trop savoir pourquoi. C’est lors de mon tout premier voyage que j’ai eu ma confirmation : il fallait que je revienne. Depuis, je me dis ça à chaque fois que je quitte le pays !

C : Y a-t-il d’autres pays vous attirent ?

F : Difficile à dire… J’ai une vraie passion ( mais très personnelle ) pour le Japon. Mais il est évident, comme tout le monde, que j’aimerais voyager dans plein d’autres pays ! Notamment dans les petites îles du Pacifique, la Polynésie française, les Marquises…!

C : Vous revenez tout juste du Japon : concoctiez-vous un nouvel ouvrage dans l’esprit de Tokyo Sanpo ou Manabe Shima ?

F : Non, il s’agit d’un voyage sans véritable but éditorial. Ca ne veut pas dire non plus que je n’ai pas fait de dessins sur place, mais ils ne constitueront pas un livre. J’ai notamment participé au Hadaka Matsuri d’Okayama, un festival assez connu et folklorique. J’en reparlerai probablement sur mon blog.

C : Au final, qu’avez-vous préféré : la frénésie de Tokyo ou la tranquillité de Manabe Shima ?

F : J’ai toujours préféré la campagne au Japon. Donc sans hésiter, je choisis Manabe (ou une autre île du même tonneau, il y en a plein). Mais là encore c’est un avis très personnel. Et je ne suis vraiment pas sûr qu’il soit partagé par la plupart des amoureux du Japon.

C : Pourquoi cet intérêt pour la cartographie ?

F : Tout comme ma passion pour le Japon, je ne sais pas vraiment à quand ça remonte, ni pourquoi ça m’intéresse. Je crois tout simplement qu’on ne choisit pas ses passions !
Donc mon amour des cartes n’a vraiment rien d’académique et professionnel, mais c’est tant mieux.

C : Quels matériaux utilisez-vous pour faire vos dessins ?

F : Essentiellement des crayons de couleur. Depuis mon premier livre, je m’en suis acheté une bonne quantité. En cas de pénurie mondiale, je suis préparé ! J’utilise aussi un peu de feutres à alcool parfois, pour certains fonds, et puis du stylo pour certains détails ( fils électriques, écritures… )

C : Avez-vous étudié le japonais en école ?

F : Non jamais, et ce n’est pas bien. De même que je ne fais pas beaucoup d’efforts pour apprendre, et ça c’est encore plus grave… J’espère me corriger un peu à l’avenir, mais ce n’est pas la première fois que je me fais cette promesse. Pour communiquer, notamment à Manabe, j’utilisais donc mes quelques bases (car j’en ai quand même !), un dictionnaire, et puis beaucoup de mimes et surtout de petits dessins explicatifs. On arrive toujours à se comprendre, suffit d’être patient et imaginatif.

C : Avez-vous un « meilleur souvenir », par rapport à votre séjour à Manabé Shima ?

F : Choisir un meilleur souvenir, c’est un peu difficile. J’aimais bien tout simplement m’endormir sur le ponton de l’hôtel, la nuit. Pas de moustique, que des étoiles et les lumières des autres phares au loin…
————————————————————————————

Un grand merci à Florent Chavouet, pour avoir pris le temps de répondre à ces (nombreuses) questions !

Vous pouvez aussi le suivre sur son blog : http://florentchavouet.blogspot.com/

Au dernières nouvelles, il y présentait un dessin qui vient d’être accepté par le projet Tsunami , déjà évoqué dans cet article : ICI (mise aux enchères de tableaux/dessins pour collecter des fonds pour le Japon) . Il sera mis en vente le 30 avril, à la galerie Arludik, et l’argent ira également aux ONG soutenant les sinistrés du récent séisme.

Voici un aperçu :

Aider le Japon en musique

Les événements se multiplient pour venir en aide aux sinistrés du Japon, et notamment des albums de musique vendus en ligne, et des concerts solidaires. Si vous voulez aider nos amis du bout du monde, vous avez l’embarras du choix quant aux moyens.

Pour commencer, voici une nouvelle série d’albums à acheter en ligne, dont les bénéfices seront reversés à la Croix Rouge Japonaise. Il est possible de les écouter on-line avant de les acheter.

Voici le premier : SENDAI SELECTIONS

http://beatsforchange.bandcamp.com/album/sendai-selections-japan-fundraiser
Réalisé par un duo neerlandais/canadien appelé Stone Detective, cet album jazzy comprend une 20aine de titres aux rythmes exotiques.

Le deuxième : SNUFF TRAX FOR JAPAN

http://www.junodownload.com/products/1725372-02.htm
Réalisé par 40 artistes différents, cet album comprenant plus d’une 40aine de titres est plutôt axé «dance music». Encore une fois, 100 % des bénéfices seront reversés à la Croix Rouge japonaise pour aider à la reconstruction.

Le troisième : NIHON KIZUNA

http://www.nihonkizuna.com/buy/
Cette fois, c’est un album hip-hop electro, dont une partie des fonds sera reversée à la Croix rouge japonaise.
50 titres en tout !

Le quatrième : SONGS FOR JAPAN

http://www.virginmega.fr/musique/album/songs-for-japan-38-titres-au-profit-de-la-croix-rouge-japonaise-songs-for-japan-110798346,page1.htm
Cet album de 38 titres (dont «Imagine» de John Lennon, «Walk On» du groupe U2 ou encore «Born This Way» de Lady Gaga) est actuellement en tête des ventes sur iTunes dans 18 pays. Il est également conçu pour récolter des fonds en faveur des victimes du séisme.

Sans oublier celui que j’avais mentionné la dernière fois : THE SUN STILE RISES IN THE EAST

http://playforjapan.bandcamp.com/
Par The Broken Orchestra et Lady Paradox, cet album electro-rap compte 19 titres.
——————————————————————————

Autrement, nombreux sont les concerts de solidarité qui proposent d’entrer librement, sans tarif imposé, et de faire des dons qui seront redistribués ultérieurement à la Croix Rouge japonaise.

Ils sont tous répertoriés sur le site de l’ambassade du Japon, et il y en a dès ce soir, jeudi 31 mars :

http://www.fr.emb-japan.go.jp/culture/calendrier/paris.html

Voici les premiers en date, pour vous donner une idée de ce que c’est :


Aidez les japonais en musique !

Le Gout-Thé : nouveau QG de la Yuai

Il y eut le restaurant Coccodrillo… Puis le karaoke club 58… Maintenant, il y a le Gout-Thé : le nouvel antre de la Yuai Association. S’y tiennent les mêmes réunions obscures, deux fois par semaine. Par la vitrine, ce restaurant bondé attire les curieux : mais pourquoi y a-t-il autant de japonais dans un restaurant italien ?? Va savoir…

Choko : Bonjour Mansour, vous êtes le patron du Gou-Thé. Présentez-nous votre restaurant !

Mansour : Ca fait trois ans que nous sommes installés dans ce quartier d’affaire [ndlr : près de la station Miromesnil], avant nous étions dans le 17e. Nous sommes une équipe de cinq, et servons de la cuisine italienne moderne : pastas, bruschettas, plancha, salades… Je cuisine italien depuis 30 ans, par affection pour l’Italie ! Et je peux vous assurer que les ingrédients sont toujours de qualité. Notre clientèle habituelle se compose surtout d’employés de bureau, c’est pourquoi il y a toujours beaucoup plus de monde le midi que le soir.

C : Et le nom du restaurant, d’où il vient ? Car il fait plutôt penser à un salon de thé…

M : C’est moi qui l’ai choisi. Je trouvais le jeu de mot amusant ! Ce n’est pas le nom d’un ancien salon de thé, car avant que l’on s’installe, c’était un magasin de chaussures, ici.

C : Comment êtes-vous entré en contact avec la Yuai Association ?

M : En fait, Armando, le propriétaire du restaurant Coccodrillo [ndlr : l’ancien QG de la Yuai, vendu fin janvier] est mon cousin. Et j’étais sur place lorsque la Yuai organisait sa dernière soirée sur les lieux. C’est ainsi que j’ai appris que votre association cherchait de nouveaux locaux pour se réunir, et je me suis proposé ! Peu de temps après, Lucy, la présidente de la Yuai, est venue au Gout-Thé pour vérifier que la surface était suffisante.Puis nous nous sommes mis d’accord…

C : Ca fait maintenant 2 mois que la Yuai se réunit chez vous, êtes-vous satisfait ?

M : Parfaitement ! On y trouve chacun un intérêt. La Yuai a un local, et moi ça m’apporte de l’animation, et donc des clients supplémentaires, attirés par le monde. Il y a même des gens qui viennent juste pour se renseigner, voir ce qu’est cette association qu’ils aperçoivent par la devanture du restaurant.

C : Par contre, ça fait beaucoup de bruit, quand nous sommes tous réunis. Ca ne vous dérange pas ?

M : Non, pas de problème ! Nous sommes habitués… Le midi, c’est comme ça aussi.

C : Maintenant que vous avez plein de clients japonais, connaissez-vous quelques mots de leur langue ?

M : Oui, je sais dire « merci » ou bonsoir » ! Euh… [il réfléchit]. J’ai oublié. Attendez ! Je l’ai écrit. [il retourne en cuisine, revient avec un bout de papier]. Oui, c’est « arigato » et « Konbwa » !

C : Oui… C’est presque ça !!

M : Je connais « mata kondo » aussi : « à la prochaine ! » Et puis on va bientôt essayer de traduire quelques plats en japonais. Comme ça on pourra mieux expliquer aux japonais de quoi sont composés les plats. En tout cas, pour l’instant, je suis très satisfait de ce partenariat.

Pour clôturer cette interview, un récapitulatif des cours et des échanges linguistiques organisés les mardi et jeudi par la Yuai :

Lieu : LE GOU-THE
21 rue de la boëtie 75008 Paris, métro Miromesnil (ligne 9 et 13)
/Miromesnilのえき 9ばんせん 13ばんせん

Mardi / 火曜日 à partir de 19h30 :

– Cours de japonais (niveau moyen) avec Brehima
– Echange linguistique franco-japonais
(授業(日本語), 日仏交流)

Jeudi / 木曜日 à partir de 19h30 :

– Cours de japonais (niveau débutant) avec Thomas
– Echange linguistique/cours de français pour les japonais
((授業(日本語, フランス語), 日仏交流)

A noter qu’on pense prochainement à « recruter » des professeurs bénévoles ! De français, de japonais, de kanji… On prend tout.

Ces cours sont gratuits, pour peu que vous vous inscriviez à la Yuai Association (25 euros à l’année pour les français, inscription gratuite pour les japonais). Inutile d’avertir à l’avance de votre présence : poussez juste la porte, et installez-vous !

Pour ceux qui ne sont pas encore inscrits à l’association, il est tout à fait possible de venir un soir pour voir comment ça se passe (sans avoir à s’inscrire), histoire de se faire une idée… Avant de se décider si, oui ou non, on veut poursuivre l’aventure !

Ces cours et ces échanges ne sont pas les seules activités proposées par la Yuai, même si ce sont les plus régulières. Actuellement, nous cherchons à mettre en place de nombreux projets pour aider les japonais, suite au séisme. Il nous arrive d’en discuter les mardi ou jeudi soir.

Autrement, nous organisons aussi des sorties culturelles, sportives, à thème, pour multiplier les rencontres et les échanges entre français et japonais, afin d’aider ces derniers à bien s’intégrer dans notre pays et à s’y sentir à leur aise…
Nous fournissons aussi de l’aide aux japonais qui en ont besoin : aide administrative, recherche de logement, etc… Tout ça en tant que bénévoles, bien sûr.
Vous pouvez en savoir plus sur le site de la Yuai (en reconstruction) : http://beta.yuai.fr/ ou sur la page facebook, qui annonce toutes les sorties : PAGE FACEBOOK

Passionnés du Japon, ne faites pas vos timides ! Et rejoignez-nous…

Previous Older Entries Next Newer Entries

%d blogueurs aiment cette page :