Soirée de solidarité – Enjoy and help !


Il y a 1 an… Tout juste 1 an… La terre se mit à trembler au large de Sendai, Japon. La mer en furie lâcha ses vagues meurtrières, qui s’élevèrent parfois jusqu’à 30 mètres de haut et parcoururent jusqu’à 10 km à l’intérieur des terres. 600 km de côtes ravagées… De nombreuses villes détruites. Sans compter la catastrophe nucléaire qu’entraîna le séisme.

N’oublions pas ! Jamais ! C’est le moment de tendre la main : la Yuai propose une soirée solidarité afin de récolter des dons. Elle se déroulera ce samedi 10 mars, à partir de 19h30, jusqu’à 23h30. Le lieu : l’AGECA, 177 rue de Charonne 75011 Paris (métro 2, Alexandre Dumas)

La région du Japon la plus frappée, celle de Tohoku, a toujours besoin d’aide pour reconstruire les habitations. Beaucoup de personnes, ayant perdu leurs biens et leur travail dans la catastrophe, ont besoin de soutien et de ressources pour retrouver une vie normale.

Pour répondre à leur SOS, la Yuai désire rassembler des fonds, mais aussi des messages d’encouragements, qu’elle enverra à Tohoku (via une ONG japonaise) pour aider les habitants à redresser la tête et à croire en l’avenir !

Prouvons-leur qu’ils ne sont pas seuls. Montrons-leur qu’on pense à eux.

————————————————————–

En plus, cette soirée s’annonce fort agréable et riche en émotions. Pour les gourmands, un buffet franco-japonais sera à disposition, à volonté : plats français, japonais, crêpes, pâtisseries…

Sur la scène, plusieurs animations sont prévues :

Un spectacle de l’excellent Stéphane Ferrandez, conteur de Rakugo (histoires humoristiques japonaises), lauréat 2009 de la Villa Kujoyama.

Un concert assuré par les musiciens de la Yuai Association.

– Une vidéo sur la région de Tohoku, et les progrès de reconstruction réalisés depuis 1 an.

Autour de la scène, plusieurs petits stands vous attendent, animés par des bénévoles (très sympathiques !) de la Yuai Association :

Un stand d’origami, tenu par notre professeur Junichi Ueno, artiste dans son domaine. Il animera des ateliers d’initiations toute la soirée, pour apprendre aux intéressés la magie du pliage… Certaines réalisations pourront être envoyées à l’ambassade du Japon en guise de message de soutien.

Son assistante, j’ai nommé Kenza, s’occupera du « Grand défi de la grue » : l’objectif ? Créer 1000 grues pour envoyer à Tohoku. Au Japon, Donner 1000 grues à quelqu’un l’aide à guérir ou lui porte chance. Des cadeaux attendent les plus zélés d’entre vous !

– Une artiste de la Yuai, Diane, occupera un stand de Caricature.
Envie de vous faire tirer le portrait ?
.
.

– Je tiendrai moi-même un stand « prédictions et arbre à souhaits ». Dans le premier cas, il s’agit d’agiter une boite contenant quelques bâtons, chacun correspondant à une prédiction de votre avenir. Dans le deuxième cas, vous écrivez vous-même un souhait personnel sur un papier, que vous accrochez à l’arbre à souhait afin qu’il se réalise.

——————————————–

Un jeu de loto (ou bingo) sera organisé : nombreux lots à gagner !

– un livre d’or vous permettra d’adresser des messages d’encouragement aux japonais.
————————————————————–

Et plein d’autres choses encore, pour un tarif unique : 25 € (dont 8€ sera reversé à une ONG japonaise) à l’entrée, qui permet de profiter de tout, librement, à l’intérieur.
Si l’argent gagné se révèle supérieur aux dépenses liées à l’organisation de la soirée, le surplus sera envoyé à l’ONG, en même temps que les 8 € par ticket : la Yuai n’a pas l’intention de gagner de l’argent avec cet événement.

Page Facebook de l’événement : http://www.facebook.com/events/210655842359960/

Venez nombreux ! Pensez à eux !

Balade dans Paris

Vous ne savez pas quoi faire dimanche ? Venez vous balader avec nous ! Une promenade interculturelle dans Paris, entre français et japonais, au gré de la seine… Vous n’allez tout de même pas louper ça ?

Après une absence prolongée due à une avalanche de travail (j’en suis désolée…), je reviens vers vous pour vous annoncer un événement des plus charmants : une promenade dans Paris, avec Pique-nique et apéritif en prime, ce dimanche 8 mai ! En espérant que le soleil ne nous fasse pas défaut.

Cette ballade se déroulera de 9h30 à 21h30. Français et japonais seront de la partie, comme toujours à la Yuai. Une participation de 23 euros est demandée aux participants pour rembourser les divers frais engagés.

Pour les lecteurs qui ne feraient pas partie de la Yuai et qui seraient intéressés (ce sera l’occasion où jamais de nous rencontrer, et de voir à quel point nous sommes sympathiques !), veuillez laisser un commentaire sur cette page, je vous répondrais rapidement.

RDV à 9h30 pour une visite des arènes de Lutèce, l’un des seuls vestiges encore visible du passage des Romains dans Paris (qui était autrefois appelée…… Lutèce. Bravo… !) En forme d’amphithéâtre et pourvu d’une scène, ces arènes pouvaient contenir plus de 15 000 personnes. Classées monument historique, elles furent construites aux environs du 1er siècle après JC, puis reconstruites plus tard après être tombées en ruine.

A 10h15 tapantes, direction la Grande Galerie de l’Evolution. On passe de la pierre à la biologie, du gris au multicolore, de l’historique à l’animal… Ouvrez grands vos mirettes si vous n’y avez jamais mis les pieds, ces bêbêtes empaillées en valent la chandelle.

A 12h30, c’est l’heure du pique-nique ! Bon, inutile de s’attarder sur ce point, j’imagine que chacun imagine en quoi consiste cette activité aussi primaire que primordiale.

A 15h15, la Yuai vous propose une croisière… Eh oui, vous avez bien entendu ! Une fabuleuse croisière… sur la Seine en bateau mouche, afin de découvrir les ponts de Paris et de se rafraîchir un peu grâce aux embruns du fleuve.

17h : attention, l’heure de l’apéro a sonné ! RDV dans un parc (mais chut, le lieu est secret) pour un apéritif bien arrosé, et surtout bien mérité.

En espérant vous voir ce dimanche, je vous renvoie à la page facebook de l’événement : http://www.facebook.com/group.php?gid=24403408219&ref=ts#!/event.php?eid=144633695602658. N’hésitez pas à y poser vos questions ! Sinon vous pouvez aussi le faire en commentaire sur cette page.

A très bientôt !

Quand les chevaux s’en mêlent

Aucune idée de comment occuper votre prochain week-end ? Allons… vous ne saviez pas que l’hippodrome de Vincennes organisait un « week-end Japon » les samedi 12 et dimanche 13 février ? Honte sur vous ! Il est grand temps de vous mettre à la page.

Qui aurait cru que des chevaux pouvaient se passionner pour le Pays du soleil levant ? Peut-être même qu’ils lisent des manga en cachette, dans leur box !! Quoiqu’il en soit, après une longue concertation ponctuée de coups de sabots et de menaces de grève, les propriétaires des hippodromes de Vincennes ont cédé sous la pression de leurs pensionnaires… Ils l’ont voulu, ils l’ont eu ! Mais quoi donc ? La tenue d’un week-end Japon au sein de leur domaine, bien sûr.

Conformément à leurs souhaits, l’accent sera mis sur la culture traditionnelle, la gastronomie et la haute technologie. Évidemment, les manga et la musique ne seront pas en reste, même s’ils n’auront pas la vedette, pour une fois. Et c’est justement ce qui fait l’originalité de cet événement, à mon sens. (Décidément, les chevaux ne manquent pas de goût)

Côté culture traditionnelle, on retrouve les arts martiaux, ce sport qui s’exporte si bien à l’étranger. Des démonstrations d’aïkido et de sabre seront organisées, ainsi que des initiations pour les enfants.

Moins ordinaire, on pourra trouver des stands et ateliers d’ikebana. Pour les non-initiés, l’ikebana est l’art de l’arrangement floral. (« ikeru » : faire vivre, « hana » : fleur). La disposition des éléments du bouquet doit respecter une symbolique précise héritée de rituels bouddhistes. L’asymétrie est par exemple très travaillée, car elle renvoie à l’idée de mouvement et de vie. Une fleur ouverte représente l’épanouissement. Un bourgeon ou un bouton évoquent l’avenir. Etc…

Tout aussi original, l’hippodrome proposera des stands et ateliers d’origami, où sera présent Junichi, l’origamiste de notre association, assisté de Diane. Junichi présentera ses œuvres (disponibles à la vente), et tous deux organiseront des démonstrations et des initiations. A noter que leur logo ne sera autre que celui de la Yuai Association ! Pour résumer, c’est un passage absolument obligatoire, vous ne pouvez décemment passer à côté. Wakatta… ?

Les chevaux aiment la mode, eh oui… puisqu’ils lui ont laissé une large place dans leur salon. L’Espace lolita/mode accueillera de multiples jeunes créateurs, ainsi que l’enseigne Harajuku, également présente en France.
Envie d’un petit relookage gratos ? Pas de problème, rdv aux stands coiffure et maquillage… puis au « photocall Japon » pour vous faire photographier. Ensuite, histoire de prolonger cet instant d’extrême superficialité, vous pourrez rencontrer la Miss France 2011 Laury Thilleman, pour un autographe… sur la joue ? (uniquement le dimanche)
Qu’est-ce qu’on dit……. Youpi ???!

Les chevaux aiment les sushi aussi, vous ne le saviez pas ? « Eat sushi » sera présent pour rassasier les visiteurs, et aussi régaler leurs mirettes en réalisant ses sushi devant leurs yeux ébahis. La fabrication de ces petites bouchées de riz et poisson cru n’aura plus de secrets pour vous.

Quelques expositions pourront être admirées, notamment celle de l’illustrateur Benjamin Lacombe (image ci-dessus) et du célèbre manga Nana, publié en France chez l’éditeur Delcourt.

Pour rester dans les manga, vous pourrez faire une pause au manga café installé pour l’occasion dans les locaux de l’hippodrome pour lire, feuilleter ou acheter une des 2000 références présentes.

Vous pourrez également faire vos courses à la boutique de la Maison de la Culture du Japon à Paris, qui exposera et vendra des produits directement importés du Japon. Pour l’occasion, elle proposera aussi des ateliers et happenings musicaux traditionnels.

Et puis bien sûr, on est dans un hippodrome… Ce qui veut dire aussi : visites guidées, baptêmes de poney pour les enfants, courses au trot, grand prix du Japon-prix de France, etc…. Venez admirer les champions du domaine, après tout… C’est grâce à eux tout ça ! Ils méritent bien quelques flatteries.

Invitations pour 2 entrées gratuites avec place de parking à imprimer ici : http://www.hippodrome-vincennes.com/japon/invitation.html

La Yuai sur son 31

Foie gras et saumon, DDR et guitar hero, smoking et mini-jupes, un peu de musique et quelques jeux de société, voilà pour résumer la soirée du 31 décembre façon Yuai.

20h sonne au clocher. Le salon de Benoit commence à se remplir. Français et japonais à part égale, pas de jaloux, plus on est de fous et plus on rit. Par contre, ça manque un peu de garçons en cuisine ! Dans laquelle les filles se battent pour le seul grille-pain disponible, afin de faire chauffer les toasts. Ca étale, ça enduit et ça tartine, puis ça siffle un serveur ou deux pour amener le tout sur la table du living.

Bientôt la table est couverte de mini-toasts au foie gras, saumon fumé, tarama, œufs de lump et autres condiments à haute teneur calorique (mais on s’en fiche, car le 31 on mange que ce qu’on a envie). S’y rajoutent bientôt une belle collection de macarons et mignardises, et quelques onigiri qui disparaissent à la vitesse des rares éclairs au chocolat.

Armés de leurs assiettes et gobelets en plastique, les convives s’installent en tailleur sur la fragile moquette de Benoit (ou sur le canapé, pour les plus chanceux !). Et ça discute et ça bavarde, en français ou en japonais, ou un mélange (pas toujours savant) des deux. Les vieux de la vieille font connaissance avec les p’tits nouveaux, détendent l’atmosphère et mettent à l’aise tout le monde.

Bientôt, deux tapis de DDR (Dance Dance Revolution) font leur apparition au beau milieu du salon. Vous savez, ces tapis de jeux avec huit flèches multidirectionnelles, qu’il faut actionner en rythme et sans se tromper… Le maître des lieux lance la danse, suivi par quelques débutants curieux. Good, Perfect, good, boo, boo, failed !! Game over, try again…

Au fur et à mesure que la soirée progresse, la table se nettoie et Guitar hero remplace les tapis de DDR. Les morceaux s’enchaînent… Un groupe de chanteuses (plus un chanteur travestissant sa voix pour l’occasion) décide d’accompagner les joueurs, pour la chanson « Hotel California ». « Welcome to the Hotel California/Such a lovely place/Such a lovely place/Such a lovely face… »

Mine de rien, voilà minuit qui approche ! Benoit et Eugénie lâchent leurs guitares en plastique, et c’est parti pour la tournée des bisous et des « bonne annéééée » « ouais bonne année ! » « bonne année toi-même ! » et autres variantes. Ca y est, nous sommes en 2011 ! La fête peut vraiment commencer. On fait péter le champagne, distribution générale ! Ca trinque, cling cling, dans tous les sens.

Les DJs de la soirée branchent leur lecteur mp3 sur la sono, et quelques danseurs s’avancent sur la piste improvisée. Ils sont bientôt rejoints, de gré ou de force, par d’autres qui se prennent rapidement au jeu. C’est la folie sur le dance floor… ! Disco, Pop-rock, Latino, Zouk, Racaille-music, tout y passe…

Puis l’ambiance se calme, les danseurs désertent… La faute aux crêpes nutella-banane-chantilly, peut-être ? Peut-être bien. Mais la soirée n’est pas finie. Place aux jeux de société, jusqu’au petit jour. A 4h, quelques invités prennent congé. Une nouvelle série prend son envol vers 5h30, heure du premier métro… Et la suite, je ne la connais pas. Car je n’y étais plus ! Qui sait, ce qui s’est passé ensuite ? Mystère et boule de gomme.

Versailles bis

Parce qu’on l’aime notre château, un deuxième groupe y est retourné dimanche dernier, curieux de voir de ses propres yeux les œuvres un peu tordues de Murakami. Surprise : le bilan cette fois était plutôt positif !

« … Honteux ! C’est honteux… » « Ah non, mais non non non ! » « Et dire qu’on est à Versailles… »  » Mais ça franchement, mais regarde moi cette… chose !… Si Louis XIV voyait ça, il se retournerait dans sa tombe !… » Voilà ce qu’on pouvait entendre autour de nous, parmi la foule qui se pressait autour des œuvres colorées de Murakami. Ca critique, ça critique, mais ça mitraille, ça dévisage et ça commente quand même. Curiosité morbide ? Peut-être… Il n’empêche qu’il y avait foule.

Néanmoins, notre petit groupe composé de Takeshi, Kyoko, Alexis, Kenza et moi, a plutôt apprécié la visite. La première œuvre notamment, celle du champignon géant à bras multiples, nous a impressionnés. Plutôt bien placée, on aurait dit un dieu étrange, qui s’élançait vers les cieux du plafond.

Et puis, petit à petit…. Tout est devenu un peu plus loufoque. Des animaux bizarroïdes, explosions de couleur, sourires sardoniques, têtes de mort au bout de pique, du rose bonbon, des oreilles de lapin, des yeux de partout, qui vous observent où que vous soyez. Tout cela au milieu des rois et hommes de Cour immobilisés dans la pierre… spectateurs silencieux de ces créatures étranges et de la foule de curieux venue les observer. Derrière leur masque d’impassibilité, que doivent-ils penser ? Sont-ils atterrés ? Amusés ? Frustrés qu’on ne prêtre surtout attention qu’à ces œuvres de résine plutôt qu’à leur magnificence d’un autre âge ? Nul ne sait.

C’est en voyant la fameuse maid à la jupe quasi inexistante et à la poitrine pour le moins proéminente que les avis ont vraiment divergé ! Quand les uns grimaçaient, les autres tentaient de voir si les miroirs dévoilaient ce que cachait à peine la jupette rouge vif.

La galerie des glaces en elle-même ne présentait aucune œuvre particulière, sauf à son extrémité, avec une des plus belles : la sculpture des fleurs. Bien située, légère avec ses branches couvertes de fleurs souriantes s’élançant vers les angelots du plafond… Rien de provoquant pour une fois. Juste… Surprenant.

Les autres, invasion de fleurs au grand sourire niais sorties tout droit d’Alice au Pays des Merveilles, étaient plutôt bien accueillies. Le contraste avec les dorures et tapisseries luxueuses était toujours un peu déroutant, mais rien de honteux d’après nous !

Et puisque les grands esprits se rencontrent, nous avons déjeuné à la même crêperie que Lucy & co, proche du château : festival de glaces à la vanille, au chocolat, pommes chaudes, caramel, sur la pâte chaude… et la vieille musique française pour touristes qui, comment dire… qui donne un genre… plutôt pittoresque !

Nous avons enchaîné ensuite avec l’exposition Sciences et Curiosité à Versailles, où nous avons notamment pu observer la fameuse « chaise volante de Louix XV ». Cet ancêtre d’ascenseur permettait aux favorites de feu le roi de rejoindre discrètement les appartements royaux situés au 3e étage du Château. Comme quoi, les innovations scientifiques peuvent surgir de n’importe où…

Merci donc à vous, Mesdames de Châteauroux et de Pompadour, de nous avoir doté de cette magnifique invention permettant aux plus fainéants d’entre nous d’éviter les escaliers… !

Versailles, mon amour !

L’exposition de Takashi Murakami au château de Versailles, ça vous dit quelque chose ? Les œuvres contemporaines de cet artiste japonais ont longtemps créé la polémique : comment ose-t-on présenter des statues inspirées de manga dans le château de feu le roi soleil ??
Quelle audace incroyable ! disent les uns. Sacrilège ! hurlent les autres.

La Yuai a souhaité se faire sa propre opinion : un premier groupe a visité le château le 20 novembre, un deuxième le 5 décembre.

Tout d’abord, un petit (minuscule) cours d’histoire de l’art : qui est ce Takashi Murakami, qui tantôt se fait applaudir, tantôt se retrouve maculé de crachats ?

Murakami (48 ans) est l’un des artistes les plus influents de ces dernières années, on ne peut pas lui enlever ça. Dans ses œuvres, il cherche à créer un lien entre une élite amatrice d’art contemporain et la culture de masse (les manga et anime). A la fois fantaisistes et troublantes, ses sculptures sont toujours éclatantes de couleur, mais aussi un peu cauchemardesques (sourires sardoniques, crocs apparents, regard étrange…)

Son atelier à Tokyo produit aussi des lignes de sacs et de foulards pour la célèbre marque Louis Vuitton. Murakami exerce aussi un rôle de commissaire d’exposition, d’éditeur, d’organisateur d’événements, de présentateur radio, d’auteur, de manager de jeunes artistes… Un homme très occupé, donc.

Après ce court intermède, intéressons-nous à la visite du château : je laisse la parole à Lucy, la présidente de l’association, qui était présente lors de la visite du 20 novembre en compagnie de quatre autres membres : Jean-Louis, Yuichi, Rie et Satoko.

 » Grâce aux places gratuites fournies ponctuellement par une des membres de la Yuai, nous avons pu avoir accès au château, aux jardins et aux audiophones.

Comme le château est toujours en cours de rénovation (depuis 2003), nous avons pu voir les différences entre le côté droit du toit (entièrement refait) et le côté gauche, (sans finition). Très intéressant ! En tout cas, la chapelle était enfin visible, et c’est ce que j’ai apprécié le plus.

Dès que nous sommes entrés, Yuichi trépignait d’impatience à l’idée de voir l’exposition. Hélas, cette dernière ne commençait qu’au niveau des appartements royaux, après un long dédale de couloirs et de pièces bordées de fresques et tableaux représentant les différents rois et leur famille.

Tel l’éclair, Yuichi les a traversés au pas de course pour se rendre directement aux œuvres de Murakami. Il semblait heureux de pouvoir observer les œuvres d’un japonais ayant réussi à entrer dans le cercle fermé des stylistes Louis Vuitton. Si bien qu’il n’a pas lâché son téléphone pour mettre régulièrement à jour son twitter!

La toute première œuvre, un totem inca reposant sur une fleur de lotus et une grenouille, n’a pas vraiment fait l’unanimité… Disons que c’était assez extravagant : dès le début, ça tape très fort ! On est tout de suite happé par l’univers de Murakami.

Finalement, Yuichi était assez déçu. Sur les quinze sculptures, il en a apprécié très peu. Quant aux deux japonaises, l’une d’elles a même osé m’avouer qu’elle avait un peu honte… !

Personnellement, je n’ai pas détesté les œuvres, mais j’ai trouvé que certaines étaient mal placées, dans des endroits qui ne leur donnaient pas un bon effet visuel.
Par exemple, les champignons-tabourets dans la salle de Diane, une des plus raffinées…. Ou bien la maid à grosse poitrine juste devant la galerie, que j’ai eu du mal à apprécier…

En revanche, la statue du lion d’or ou la grande fleur en forme de soleil placée dans la galerie des glaces étaient bien mises en valeur et ont plu à tout le monde.

Une fois la visite terminée, nous sommes allés manger dans une crêperie. Nous en avons profité pour échanger sur la visite : Rie a vraiment apprécié l’expérience, mais les jardins gardent sa préférence.
Ce repas nous a aussi permis de mieux nous connaître, et de bien clôturer la journée ! »


Si vous souhaitez également voir cette exposition : dépêchez-vous, elle se termine le 12 décembre !
Un deuxième article viendra bientôt, narrant la visite du second groupe.

La Chibi Japan Expo débarque à Paris !

La plupart d’entre vous doivent déjà être au courant, mais juste au cas où, je le rappelle : du vendredi 29 au dimanche 31 octobre, la Chibi Japan expo ouvre ses portes à tous les amateurs de culture japonaise. Elle se déroulera dans le hall d’exposition de Paris-Est Montreuil.

Voici un petit aperçu du programme, pour ceux qui hésiteraient encore à y aller. Attention accrochez-vous, ça va secouer :

Pour commencer : la Chibi Japan Expo, est davantage orientée vers la culture manga que sa grande soeur, la Japan expo. Elle reprend les classiques, et rajoute à la pelle des projections en avant première, des conférences, des jeux vidéos, des fanzines, des boutiques, des éditeurs, etc etc etc…

Culture manga et anime

Outre les innombrables boutiques de manga et d’anime, vous pourrez faire un tour à l’exposition de l’artiste ISHInoMORI, surnommé « le roi du manga ». De nombreuses projections d’anime sont également au programme. Quant aux cosplayers, ils sont évidemment les bienvenus ! Un club de photographie leur est également consacré, qui leur propose de poser, et de récupérer leurs photos en ligne.

Jeux videos maniacs

Venez montrer vos talents de danseur grâce aux nombreuses machines de DDR (Dance Dance Revolution)… Puis enfilez un gilet électronique et armez-vous d’un pistolet en plastique pour une partie de Comic Laser, dans un labyrinthe de 100 m² ! Venez ensuite défier des pros de la manette lors de tournois de jeux sur console… Et pour vous détendre, vous laisserez-vous tenter par le Geek Music Show ? (concert de musique d’anime et de jeux vidéos).

Amateurs de musique

Divers groupes japonais viendront organiser des mini-concerts pour animer l’expo tout au long des trois jours. Rock, pop-rock, disco, musiques de générique d’anime, musique traditionnelle japonaise… Il y en a pour tous les goûts.

.

Fashion victims

Le girls fashion show, c’est « 100 % mode, 100 % girly et 100 % nouveau ». Ce défilé offre l’opportunité à n’importe quelle demoiselle présente à l’expo de venir faire la belle sur scène, sous le regard de l’artiste MEG, en personne. Pour ceux et celles qui préfèrent observer plutôt que jouer les stars, des défilés Jeunes Créateurs seront organisés, et donneront un aperçu de la mode japonaise.

Arts martiaux

Kendô, Jûdô, Karate, Aikidô… et même d’autres moins connus (Iaidô, Kenjitsu, ninjutsu) tous ces arts martiaux seront présents à l’expo, avec démonstrations et séances d’initiation.

.

Japon traditionnel

Initiez-vous à l’esprit zen, et laissez-vous aller aux massages Anma et shiatsu… Puis venez faire le tour des ateliers de calligraphie, de poésie traditionnelle, de peinture façon sumi-e, d’origami, avec parfois des concours à la clef ! Vous aurez aussi l’opportunité de participer (et de découvrir ?) les jeux de Go, ou de Mah-Jong.

—————————————-

Et en prime, une bonne vingtaine d’invités, un karaoke géant, des projections de films et séries TV japonais, des concours de sudoku, des conférences, des séances de dédicace, des stands de sushi…..

Vous pouvez trouver le programme complet, par jour et par heure ici : Programme Chibi Japan Expo.

Alors, toujours pas convaincu(e) ? En tout cas moi j’y serai, armée de mon appareil photo.

Que les intéressés se manifestent, par un commentaire, ou sur le forum de la Yuai Association !

%d blogueurs aiment cette page :